L’Homéopathie

Origine de l’homéopathie:

Littéralement, homéopathie signifie « maladie semblable » (du grec homolos: semblable et pathos, malade). C’est donc une thérapeutique qui traite les maladies par les semblables:une substance médicinale prescrite à une personne saine provoque chez elle des symptômes identiques à ceux que la maladie provoque (par opposition à l’allopathie, médecine classique occidentale, qui utilise des substances dont les effets sont contraires à ceux que la maladie provoque: allos signifie autre)

Le précurseur et fondateur de l’homéopathie était un médecin allemand, Christian Friedrich Samuel Hahnemann (1755- 1843), bien qu’Hippocrate en son temps mentionnait déjà un traitement par les semblables.

La diffusion de l’homéopathie au niveau mondial se fait au travers des enseignements du médecin allemand ce, à partir du début du XIX ° siècle. La France et la Suisse y sont sensibilisées vers la moitié du XIX°, non sans susciter passions et controverses….

Les grands principes de l’homéopathie

Le principe de similitude, évoqué plus haut, est indissociable de 2 autres grands principes de l’homéopathie: l’infinésimalité et la globalité.

L’infinitésimalité: les remèdes utilisés en homéopathie sont fabriqués à partir de substances végétales, animales ou minérales présentes dans la nature. Ces remèdes sont administrés à des doses infiniment petites, d’où le terme. Toutes les substances sont diluées et secouées entre chaque dilution (dynamisation).

La globalité: c’est un terme qui est aussi précieux aux yeux des naturopathes. Il signifie que l’homme souffrant est pris en considération totalement, selon son terrain propre (caractéristiques personnelles). Pour une même maladie, le remède sera donc différent d’un malade à l’autre. Cette notion appelle celle de l’individualisation des symptômes: les symptômes décrits doivent l’être précisément car ils sont propres à chaque patient (ex: une toux survenant plutôt le soir au coucher, par quinte etc….)C’est la conception des homéopathes unicistes : un seul remède est donné, celui ci devant être le plus individualisé possible. Il faut souligner qu’il existe aussi une conception pluraliste en homéopathie ( plusieurs remèdes sont prescrits à la fois, afin de couvrir tous les symptômes) et une conception complexiste (prescription de formules préparées à l’avance et composées de plusieurs remèdes, dans le but d’agir le plus largement possible sur un syndrome ou un organe donné, complétées avec des remèdes homéopathiques classiques)

Pour le médecin homéopathe, les maladies et leurs symptômes sont l’expression d’un déséquilibre global de l’organisme et d’une tentative que fait celui ci pour recouvrer son équilibre. La guérison d’un individu souffrant passe donc par ce travail de rééquilibrage en profondeur, et non sur la seule disparition des symptômes. Bien souvent, un symptôme gommé fait place à un autre…Par ailleurs ce rééquilibrage profond intéresse tant la sphère physique que celle psychique, l’une est l’autre n’étant pas dissociable.

Pour les homéopathes, la guérison a ses lois:

  • les symptômes disparaissent au fuir et à mesure que la patient est rééquilibré en profondeur, les premiers symptômes à s’effacer étant les derniers à s’être manifestés. Ainsi, des vieux symptômes peuvent resurgir au cours du traitement.
  • La guérison s’effectue toujours du haut vers le bas et de l’intérieur vers l’extérieur (une affection cutanée pourra de nouveau survenir après guérison d’une affection respiratoire chronique)
  • comme cité plus haut, les deux niveaux physiques et psychiques sont intimement liés. La guérison englobe donc le stoma et la psyché.

La conception des remèdes

2 principes régissent cette conception homéopathique: la dilution et la dynamisation, comme évoqués précédemment.

A la lecture de Bryonia alba 9 CH., il faut comprendre: bryone blanche, une variété de vigne, diluée successivement 9 fois à 1/100°. Les remèdes sont donc commercialisés sous leur nom latin et indiquent leur dilution.

D’origine naturelle, les substances proviennent des 3 règnes suivants: le végétal, le minéral et l’animal.

Pour le végétal, nous avons les plantes, sans engrais ni pesticides. En France une nomenclature existe, à laquelle se conforment tous les laboratoires spécialisés: l’espèce botanique et la partie utilisée sont ainsi précisées.

Pour le minéral, il s’agit de corps chimiques purs simples ou composés (or, argent…)de complexes chimiques d’origine naturelle,ou de produits et ou mélanges définis par leur mode de préparation.

En ce qui concerne l’animal, les remèdes sont conçus à partir de reptiles, mollusques , insectes, éponge, coraux.

La forme des remèdes:

Granules et globules

La forme la plus courante et la plus connue, ce sont les tubes de granules et les doses de globules. Les tubes de granules présentent de petites boules de 50 mg chacune, constituées d’un mélange de saccharose et de lactose imprégné du remède à une dilution précise. Il y- a environ 80 granules par tube. La prise est fonction de la posologie proposée par l’homéopathe (nombre de granules et régularité) et elle est sublinguale, afin de favoriser l’absorption rapide à travers la muqueuse de la langue.

Les globules sont conditionnés dans des tubes unidoses. La dose est à prendre en une seule fois

Gouttes:

Cette présentation est adaptée pour les jeunes enfants, ou pour traiter certains troubles tels les difficultés d’endormissement.

Autres formes:

Comprimés, solutés injectables, ampoules buvables, suppositoires et pommades.

Champs de l’homéopathie et consultations

L’homéopathie se prête bien à la prévention et aux maladies dites de terrain. Elle est très efficace pour les problèmes chroniques tels que allergies, infections ORL, troubles hormonaux, troubles du sommeil, troubles veineux etc….

Un consultation chez un homéopathe dure de ½ heure à 1 heure: c’est le temps nécessaire à l’examen qui comporte une phase d’observation du sujet (aspect général, corpulence, …), un interrogatoire constitué de nombreuses questions sur les troubles et le terrain de la personne (circonstances des symptômes, histoire de la personne) et enfin, un examen clinique .

Source: L’homéopathie familiale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les cookies nous permettent de vous proposer nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord pour exploiter ces cookies. En savoir plus