S’aimer davantage peut il sauver notre planète?

C’est en visualisant un reportage ( un de plus) sur l’urgence climatique que cette question m’est venue. Dans notre climat actuel de violences en  tous genre, où certains continuent d’opposer justice sociale à justice climatique , il peut sembler incongru de (ré)interroger notre relation à nous même. Peut être …et peut être pas….

Dans le fond le constat est simple: sans terre en santé , l’espèce humaine est condamnée à plus ou moins long terme. Sans terre en santé, plus de nourriture, plus d’eau, plus d’air respirable donc plus de vie sous sa forme actuelle pour les Homo Sapiens que  nous sommes. Oui bon, jusque là rien de neuf sous le soleil.

Mais tout de même…comment peut on continuer à dégrader ainsi notre espace de vie lorsqu’on est conscient de ces enjeux? Bien entendu nous ne sommes pas tous autant informés et l’accumulation des défis quotidiens place parfois  cette prise de conscience en dernier sur la liste. Chacun d’entre nous a aussi une capacité magnifique à jouer au jeu de  l’autruche, c’est un jeu simple et qui ne coute rien…Par ailleurs, même si je crois fermement aux  initiatives citoyennes et individuelles, elles ne sauraient être suffisantes !

A ce jour, en France, nous n’avons pas entamé notre transition écologique. C’est un chantier énorme, auquel les politiques ne se sont absolument pas attaqués. Les mesures évoquées par ci par là résonnent à nos oreilles comme autant de privation de liberté, de sanction financière, de culpabilité … Ca n’est ni fun, ni enthousiasmant et ça ne fonctionne pas. Les lobbys industriels intimident et continuent d’exercer leurs pressions sur nos pouvoirs publics et nous nous sentons souvent impuissants face à ce rouleau compresseur.

Aussi je pense qu’il est urgent de changer de point de vue, afin que chacun de nous s’implique . Selon moi cette implication est réaliste et réalisable à condition que chaque être renoue avec l’amour de soi.

En s’aimant davantage, nous prendrons davantage soin de notre planète. Comment?

Eh bien en premier lieu en considérant que l’alimentation biologique préserve et restaure notre santé. De nombreuses études confirment à ce jour que les  les résidus chimiques en tous genre nous polluent littéralement, nous rendent malades au point d’en mourir. Continuer de nier l’importance d’une nourriture saine et naturelle pour le bien être est une hérésie et  une forme de  suicide lent. Or quand on s’aime et qu’on se respecte, il est rare d’envisager le suicide comme axe de développement personnel…

De même, les produits cosmétiques, les produits d’entretien courants, les produits de « santé » issus en grande majorité de l’industrie pétrochimique attaquent notre vitalité, rendent nos corps malades et dépendants . Et toute cette chimie vient se déverser dans nos terres de culture , dans nos cours d’eau, dans nos océans…asphyxiant complétement la planète. Si nous décidons de nous aimer vraiment, nous n’aurons plus d’attrait pour ces produits toxiques et nous stopperons cette consommation . Et sans consommation pas de production!

Bien respirer c’est bien vivre. La qualité de l’air que nous respirons préserve ou dégrade notre santé. S’interroger sur nos modes de transport ou sur la provenance géographique des articles qui s’invitent dans nos vies, dans l’objectif d’améliorer notre qualité d’air n’est ni ringard, ni liberticide, c’est juste un acte d’amour pour soi.

Et cette intention est valable pour de nombreux autres produits comme certains constituants et modes de production de  textiles par exemple, sources de pollution pour nous et notre Terre.

Pas besoin de plan d’action ni de grand discours car là , immédiatement, vous pouvez vous lever et dans une grande respiration, vous féliciter de l’avoir « échappé belle » en ayant cette prise de conscience ,  ce sursaut de vie et d’amour pour vous. C’est génial et ça commence maintenant!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les cookies nous permettent de vous proposer nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord pour exploiter ces cookies. En savoir plus