VACCINATION, L’overdose, de Sylvie SIMON

La journaliste Sylvie SIMON, forte de nombreuses recherches et documentations scientifiques , nous livre dans son essai une plongée au coeur des réalités vaccinales, que de nombreux chercheurs et médecins relaient.

Sous titré, « Désinformation, scandales financiers, imposture scientifique« , ce livre aborde l’overdose sans dogmatisme mais avec le sérieux nécessaire pour traiter de cette délicate et controversée question. A chacun de se faire ensuite son opinion, dans le respect des libertés .

L’auteure aborde chacun des vaccins courants ( DTP, BCG, ROR, Hépatite B, Coqueluche …..), détaille les vrais risques des maladies infantiles et les questions qui y sont liées , l’obligation vaccinale, les intérêts financiers, tout en expliquant quel principe régit la vaccination.

Dans la postface, le Dr DIDIER TARTE écrit  » le grand mérite de ce livre est d’apporter un vaste ensemble d’informations et de faits, le plus souvent écartés par les autorités, pour ne pas mettre à mal le dogme scientifique , immuable. »

Voici quelques morceaux choisis du livre:

 

[ …] D’après Harris Coulter, éminent spécialiste de l’histoire des vaccinations ( Vaccination, Social Violence and Criminality, 1980), toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave . Ce phénomène s’accompagne d’une démyélinisation qui empêche un développement normal des gaines de myéline dans le cerveau. Toute manifestation démyélinisante subite semble être directement imputable aux vaccinations, d’autant que les chercheurs ont découvert une similitude entre certains virus et la structure protéidique de la myéline. Cette découverts capitale explique pourquoi beaucoup de maladies auto immunes apparaissent après vaccination: le corps ne reconnait plus l’antigène à combattre et s’attaque donc à ses propres cellules, entraînant des maladies très invalidantes sur le long terme. […]

 

[…]Dans le magazine Vous et votre santé ( Hors série n°4, 1995) le Dr Marie Bénédicte HIBON explique « Le système immunitaire de l’enfant mûrit lentement , depuis l’apparition chez l’embryon des premières cellules souches de la moelle jusqu’à l’âge de 10-12 ans , avant d’acquérir sa structure adulte. Ce système ne devient adulte que tard et pourtant nos enfants absorbent , de 0 à 2 ans, 10 informations vaccinales (voire plus en cas de rappel). Qui fera le lien avec les problèmes de croissance, de dyslexie , d’hypernervosité, de trouble caractériel, de diabète, les maladies qui surviennent jusqu’à 10 ans plus tard? […]

[…] P 69 Notre système immunitaire, qui dépend de notre patrimoine génétique, assure le bon fonctionnement endogène des hormones et des anticorps, ainsi que le nettoyage des cellules anormales ou infectées comme le ferait une armée destinée à protèger le précarré de chaque individu. Or, cet équilibre peut être rompu par l’injection de protéines étrangères, qu’il s’agisse de matériel bactérien atténué(BCG), de virus tués ou inactivés (vaccin polio injectable, coqueluche et grippe) de toxines responsables de maladies (tétanos et diphtérie) ou de virus vivants atténués (polio buvable, rougeole, rubéole, oreillons). Il faut savoir qu’on a retrouvé , à plusieurs reprises, des virus encore vivants dans des corps d’hommes morts depuis des siècles, mais conservès par le gel, ainsi qu’un virus vivant et pathogène sur une momie copte.

 

Pour aller plus loin, consulter le site suivant :

http://www.infovaccin.fr/home.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les cookies nous permettent de vous proposer nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord pour exploiter ces cookies. En savoir plus